Du coeur au ventre

 

Joëlle Numainville a commencé à faire du vélo de montagne au chalet familial de Val-David. Elle a participé trois fois aux Jeux du Québec, dont une fois en ski de fond. Elle s'est convertie au vélo sur route au milieu de l'adolescence, sous les couleurs des Espoirs Laval.

 

C’est lors des Championnats du monde junior en 2004 que Joëlle se découvre une véritable passion pour le vélo et un rêve : les Olympiques. Commence alors une carrière fructueuse sur deux roues. Douée au sprint, elle remporte le titre national junior sur route en 2004 avant de doubler route et contre-la-montre en 2005.

 

Membre de l’équipe nationale de cyclisme depuis 2004, Joëlle combine sa carrière professionnelle au sein de l’équipe de vélo sur route Cylance à celle d’étudiante universitaire. Même si la route est parsemée de défis, elle réussi néanmoins à accumuler les podiums, à force d’archarnement. C’est beaucoup pour sa mère que Joëlle met toute son énergie à sa réussite. Ancienne demi-fondeuse, la mère de Joëlle a dû mettre un terme à son rêve olympique à cause d’une condition cardiaque pour laquelle elle a dû subir 3 opérations à cœur ouvert.   

 

En 2009, la cycliste de Laval est couronnée d’or à la course en ligne des championnats Pan-Américains. Joëlle réalise son rêve de participer aux Jeux olympiques à Londres en 2012. Elle roulera aux côtés de la seule et non la moindre Clara Hughes. C’est une 3e place au Tour de Flandres, événement de la Coupe du Monde, qui viendra sceller sa place pour les Jeux. Elle termine 12e lors de cette première expérience olympique et 13e aux Championnats du monde cette même année.

 

En 2013, Joëlle remporte les titres de championne canadienne Élite autant sur route qu´au contre-la-montre. Elle termine Top 25 au classement mondial en 2014 au terme de sa 2e saison sur le circuit professionnel.

 

En 2015, Joëlle fait excellente figure aux Championnats du monde de cyclisme sur route en terminant 11e. Elle en remettra deux ans plus tard en terminant cette fois 9e aux Mondiaux à Doha, son meilleur résultat en carrière et par le fait même la meilleure performance du Canada. 

 

Joëlle est classée 22e au monde dans les classements UCI 2017.